Skip navigation

Ouest-France - Sans se ruiner, l’État pourrait garantir un emploi vert pour 2,8 millions de chômeurs

L’initiative sociale et environnementale « Un emploi vert pour tous » fait son chemin à l’Assemblée nationale. Elle coûterait bien moins cher que les aides du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), versées aux entreprises.

 

Moins cher que les aides du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), versées aux entreprises, l’initiative « Un emploi vert pour tous » consisterait en une garantie d’emploi pour 2,8 millions de Français. Chloé Ridel, porte-parole d’« Un emploi vert pour tous », explique la proposition qu’elle défend.

 

Sans se ruiner, l’État pourrait garantir un emploi vert pour 2,8 millions de chômeurs. Comment ?

Malheureusement, comme de nombres propositions écologiques et sociales, cette initiative vient d’être retoquée, jugée irrecevable par la majorité, lors des discussions en cours à l’Assemblée nationale sur la future loi Climat.

​En quoi consiste votre proposition de lutte verte contre le chômage ?

Plutôt qu’une garantie de revenus, comme le revenu universel, c’est une garantie à l’emploi pour 2,8 millions de chômeurs en France. Chaque année, ce chômage de masse coûte 36 milliards d’euros. Pour environ la même somme d’argent public, nous proposons du travail aidé dans les activités éco-responsables, celles qui recrutent et qui permettent d’améliorer le bilan carbone national. Il s’agit de sortir de l’épreuve du chômage, insupportable pour qui l’a connue, des personnes qui deviendront des artisans de la reconstruction écologique.

 

Lire l'entretien complet sur Ouest-France.