Skip navigation

Le Parisien - Christine, chômeuse longue durée, revit grâce à un « emploi vert garanti »

Christine, 60 ans, a profité d’une expérimentation de l’Etat pour retrouver un emploi durable il y a trois ans. Sur ce modèle, des think tanks, des ONG et des élus lancent une pétition pour « un droit à l’emploi vert » : économie circulaire, agroécologie, habitat…

« Au début, j'ai pensé que c'était un peu magique, on m'a promis de signer un CDI, on verrait après ce que je saurais en faire », rembobine Christine Vidal dans un petit rire. Cette femme de 60 ans a retrouvé un emploi via l'expérimentation « Territoires zéro chômeur » à Thiers (Puy-de-Dôme). « Cela fait trois ans depuis le mois de janvier », précise-t-elle.


En France, dix villes se sont lancées dans ce test avec pour objectif de créer des entreprises embauchant les chômeurs longue durée du secteur. Très souvent dans des emplois verts. C'est le cas de Christine : elle travaille au sein d'Actypoles pour Bébés lutins, entreprise qui produit et
commercialise des couches lavables en coton Made in France mais aussi des lingettes démaquillantes, des protections périodiques. Autant de produits qui limitent les déchets plastiques. La sexagénaire a accepté d'être payée au smic « un retour en arrière », mais n'échangerait pourtant plus sa place pour rien au monde. Trop heureuse de « vivre de nouveau à temps plein ». Des think tanks, Hémisphère gauche et l'Institut Rousseau, soutenus par des ONG comme l'Affaire du Siècle, les amis de la terre et des élus lancent ce lundi une pétition pour généraliser ce type de solutions en réclamant « un emploi vert pour tous ». Un projet de loi en ce sens pourrait être déposé dans la foulée par des députés de différents bords politiques. « L'objectif est de conjurer le chômage de longue durée et de réussir la reconstruction écologique », explique Chloé Ridel, présidente de l'Institut Rousseau. Cette proposition comme le test « Territoire zéro chômeur » repose sur le principe selon lequel financer des emplois coûte moins cher que financer le chômage.

Lire la suite sur Le Parisien.